Règlement
concernant l'exercice et les manoeuvres
de l'Infanterie
du 1er Août 1791

 

Troisième partie

 

 

Première Leçon

     Lorsque les trois hommes seront bien affermis dans les principes et le mécanisme du pas, la position du corps et le port de l'arme, l'instructeur réunira cinq ou six hommes au moins - et au plus neuf - pour leur apprendre le principe du tact des coudes en marchant de front, ceux de la marche de flanc, le pas accéléré, le pas en arrière, les principes des changements de direction, des conversions en marchant et de pied ferme, et les principes d'alignement.
 
     L'instructeur les placera sur un rang coude à coude, il fera ensuite les commandements suivants :

" Peloton en avant "
" Guide à gauche (ou à droite) ===== marche "

     Au commandement de " marche" , le rang partira vivement du pied gauche. L'instructeur fera marcher un homme bien dressé à deux pas devant le soldat , placé à la droite ou à la gauche du rang , selon le côté où le guide aura été indiqué , et prescrira à ce soldat de marcher exactement dans les traces de l'homme qui le précède, en conservant toujours la distance de deux pas ; c'est le plus sûr moyen de faire contracter aux hommes de recrue l'habitude de faire le pas de la longueur et vitesse prescrites.

     L'instructeur fera observer les règles suivantes :

Tenir légèrement au coude de son voisin du côté du guide ;
     parce qu'en tenant ainsi coude à coude à son voisin, on est assuré d'être à peu près aligné et qu'il ne se forme pas d'ouverture entre les files. Si au lieu de tenir légèrement au coude de son voisin, on s'appuyait sur lui, on l'obligerait à appuyer à son tour du côté du guide, et on repousserait par la ce dernier hors de la direction.

Ne point ouvrir le coude gauche ni le bras droit ;
     A
fin que le soldat ne pousse pas son voisin, et n'occupe dans le rang que l'espace qu'il doit y tenir.

Céder à la pression qui vient du côté du guide, et résister à celle qui vient du côté opposé ;
     P
our éviter de rejeter le guide en dehors de la direction.

Ne rejoindre qu'insensiblement le coude de son voisin du côté du guide, s'il venait à s'éloigner, ou si l'on s'en était soit même écarté ;
     p
arce qu'il peut arriver que le voisin se jette mal à propos à droite ou à gauche : si alors l'homme qui est à côté de lui, et successivement ceux qui suivent, se conformaient brusquement à ce faux mouvement, il en résulterait que la faute d'un seul homme se propagerait à plusieurs ; et lorsque ensuite l'homme où la faute aurait été commencé, voudrait la réparer, il serait obligé de repousser son voisin, celui-ci l'homme suivant, et ainsi de suite jusqu'à l'aile, ce qui occasionnerait un flottement continuel dans la marche . Si au contraire chaque homme observe le principe de se conformer que peu à peu aux mouvements de son voisin, ce dernier aura le temps de réparer sa faute, s’il en a fait une, son erreur ne se propagera pas, et le flottement n'aura pas lieu.

Conserver toujours la tête directe et les yeux fixés à terre, à 12 ou 15 pas en avant de soi, de quelque côté que le guide soit indiqué ;
     p
arce que s'il les soldats tournaient la tête du côté du guide, elle entraînerait l'épaule opposée, ce qui donnerait une fausse direction au rang, causerait une pression continuelle du côté du guide, et par conséquent du flottement. Les yeux fixés à terre à 12 ou 15 pas en avant, empêchent que le soldat ne dérive en marchant, ce qui est un point très essentiel.

Si l'on aperçoit qu'on est soi-même trop en avant ou trop en arrière, ne se remettre que peu à peu, en allongeant ou en raccourcissant d'une manière presque insensible sont pas ;
     parce que les mouvements brusques en marchant, tendent toujours à désunir une troupe, à y causer du flottement, et font perdre la cadence ; car un homme ne saurait faire un pas de deux pieds et demi, dans le même espace de temps que son voisin en fait un de deux pieds, sans que le mouvement du premier ne soit plus vif que celui du second ; au lieu qu'on peut allonger le pas d'un ou deux pouces, sans qu'il en résulte une accélération sensible de mouvement.
 
     Enfin, l'instructeur s'attachera à faire comprendre aux hommes de recrue, que l'alignement ne peut se conserver en marchant, que par la régularité du pas, par le tact des coudes et la carrure des épaules ; que si, par exemple, ils faisaient des pas plus grands les uns que les autres, ou s'ils marchaient les uns plus vite, les autres plus lentement, ils se désuniraient nécessairement ; que si devant avoir la tête directe, ils n'observaient pas le tact et des coudes, il leur serait impossible de juger s'ils marchent à même auteur que leur voisin, et s'il ne se forme pas entre eux des ouvertures.

     L'instructeur les exercera ensuite à marcher obliquement à droite, avec le guide à gauche, et à marcher obliquement à gauche avec le guide à droite.

     Dans la marche oblique, comme dans la marche directe, le tact des coudes doit toujours se prendre du côté du guide ; ainsi chaque homme doit tenir légèrement au coude de son voisin de ce côté.

     La marche oblique du côté opposé au guide étant beaucoup plus difficile que celle qui a lieu du côté du guide, l'instructeur recommandera de redoubler d'attention toutes les fois qu'on obliquera ainsi.

     Lorsque ces divers principes seront devenus familiers aux hommes de recrue, et qu'ils seront bien affermis dans la position du corps, le port d'armes, le mécanisme, la longueur et la vitesse du pas ordinaire, l'instructeur les fera passer du pas ordinaire ou pas accéléré, et l'inverse, de la manière suivante :

     Le rang étant en marche au pas ordinaire, l'instructeur commandera :

" Pas accéléré ===== marche "

     Au commandement de marche, qui sera fait sur l'un ou l'autre pied indistinctement, le rang prendra le pas accéléré . La longueur de ce pas sera la même que celle du pas ordinaire, mais sa vitesse sera de 100 par minute.

 
Observations relatives au pas accéléré.

    Le pas oblique ne sera jamais accéléré.

    La marche au pas accéléré s'exécutera d'après les mêmes principes qu’au pas ordinaire ; mais l'impulsion du pas accéléré disposant le soldat à s'abandonner, l'instructeur s'attachera à bien régler la cadence de ce pas, et a habituer le soldat a conserver toujours l'aplomb du corps, ainsi que la régularité du pas.

     L'instructeur fera quelquefois marquer le pas, et changer le pas, en marchant
au pas accéléré.

 Lorsque l'instructeur voudra faire reprendre le pas ordinaire, il commandera :

" Pas ordinaire ===== marche "

     Au commandement de marche, qui sera fait indistinctement sur l'un ou l'autre pied, le rang reprendra le pas ordinaire.

     Le rang étant en marche, l'instructeur l'arrêtera par les commandements et moyens prescrits ci-dessus.

     Si le rang marche au pas accéléré, le commandement de « halte » se fera un instant avant que le pied ne soit prêt à poser à terre.

     Le rang étant de pied ferme, l'instructeur lui fera marcher le pas en arrière, à cet effet il commandera :

" En arrière ===== marche "

     Au commandement de marche, les soldats retireront vivement le pied gauche en arrière, et le poseront à la distance d'un pied, à compter d'un talon à l'autre, et ainsi de suite jusqu'au commandement de « halte », qui sera toujours précédé de celui de « peloton » ; les soldats arrêteront à ce commandement, en rapportant le pied qui est en avant à côté de l'autre.

     L'instructeur veillera à ce que les hommes ne s'appuient pas sur leur voisin, à ce qu'ils se portent droit en arrière, et que l'aplomb et la position du corps, ainsi que de l’arme, soit toujours conservé.

 

Seconde Leçon

 

 Marche de flanc

 

Les soldats étant placés sur un rang, coude à coude, l'instructeur leur fera les commandements suivants :

" Peloton par le flanc droit (ou à gauche) ===== à droite (ou à gauche) ===== marche "

     Au second commandement, ils feront à droite ou à gauche.
     Au commandement de marche, ils partiront vivement du pied gauche, au pas ordinaire.

 
Observations relatives à la marche de flanc.

    L'instructeur placera un homme bien dressé à côté du premier soldat du flanc vers lequel le rang fait face, pour régler son pas et le conduire, et il sera recommandé aux soldats qui est au flanc, de marcher toujours coude à coude de l'homme qui doit le diriger.

L'instructeur fera observer dans la marche de flanc, les règles suivantes :

Que le pas s'exécute d'après les principes prescrits ;
     P
arce que ces principes, sans lesquels des hommes placés à côté les uns des autres sur un même rang ne sauraient conserver de l'ensemble en marchant, sont encore plus indispensables à observer lorsqu'on marche en file.

Qu'à chaque pas le pied de l'homme qui précède soit remplacé par celui de l'homme qui le suit ;
     A
fin que les files ne puissent pas s'ouvrir

Que le soldat ne plie pas les genoux, pour éviter de marcher sur les talons de l'homme qui le précède ;
     P
arce que s'il pliait les genoux, la distance entre les files ainsi que la cadence se perdraient.

La tête de l'homme qui précède immédiatement chaque soldat, lui cache celles de tous  les autres qui sont devant lui ;
     P
arce que c'est la règle la plus sûre qu'on puisse donner pour se maintenir exactement sur le chef de file.

     L'instructeur se placera dans la marche de flanc, le plus souvent à cinq ou six pas sur le flanc des hommes qu'il instruit, pour veiller à l'observation des principes ci-dessus.

     Il se placera aussi quelquefois derrière la file, s'arrêtera et lui laissera parcourir 15 ou 20 pas, afin d'observer si les hommes conservent exactement le chef de file.

L'instructeur fera converser par file à droite et à gauche ; à cet effet il commandera :

" Par file à droite(ou à gauche) ===== marche "

     Au second commandement, le premier homme de la file tournera à droite ou à gauche, et marchera ensuite droit devant lui ; chaque homme viendra successivement tourner à la même place que le premier.

L'instructeur fera aussi exécuter les « à droite » et les « à gauche » en marchant ; à cet effet il commandera :

" Par le flanc gauche (ou droit) ===== marche "

     Au second commandement, qui sera fait sur l'un ou sur l'autre pied indifféremment, et un peu avant que le pied ne soit prêt à poser à terre, les soldats tourneront le corps, poseront le pied qui est levé dans la nouvelle direction, et partiront de l'autre pied, sans altérer la cadence du pas.

     Lorsque l'instructeur voudra arrêter le rang marchant par le flanc, et le remettre face en tête, il fera les commandements suivants :

" Peloton ===== halte ===== front "

    Au second commandement la file s'arrêtera, et aucun homme ne bougera plus quand même il aurait perdu sa distance ; cette attention est nécessaire pour habituer le soldat à l'observation continuelle de sa distance.

     Au troisième commandement, chaque homme se mettra face en tête par un « à gauche », si l'on marche par le flanc droit, et par un  « à droite » si l'on marche par le flanc gauche.

 
Observations relatives à la marche de flanc.

    Lorsque les hommes auront acquis de l'aisance et de la facilité dans la marche de flanc, l'instructeur les exercera à la marche de flanc au pas accéléré ; cette leçon leur rendra plus sensible la nécessité qu'il y a de bien emboîter le pas en marchant par le flanc, et de conserver la cadence ainsi que l'aplomb du corps.

 

Troisième Leçon


 
  Alignements

 

     L'instructeur exercera d'abord les soldats de recrue à s'aligner homme par homme, afin de leur faire mieux comprendre les principes de l'alignement ; à cet effet il commandera aux deux premiers hommes de l'aile droite de marcher deux pas en avant, et les ayant alignés, il avertira successivement chaque homme de se porter sur l'alignement des deux premiers.
 
     Chaque soldat, à l'avertissement qui lui sera fait par l'instructeur de se porter sur l'alignement, tournera la tête et les yeux à droite, dans la position prescrite dans la première leçon de la première partie : marchera dans la cadence du pas ordinaire, deux pas en avant en raccourcissant le dernier, de manière à se trouver à environ six pouces en arrière du nouvel alignement, qu'il ne doit jamais dépasser ; il se portera ensuite par de petits pas, les jarrets tendus, tranquillement et sans saccade, à côté de l'homme auquel il doit appuyer, de manière que sans déranger la position de sa tête, la ligne de ses yeux ainsi que celle de ses épaules, se trouve dans la direction de celle de son voisin, et de manière à sentir légèrement son coude sans ouvrir le sien.
 
     L'alignement à gauche se prendra d'après les mêmes principes.

     Lorsque les hommes de recrue auront ainsi appris, homme par homme, à s'aligner correctement et sans tâtonner, l'instructeur fera aligner le rang entier à la fois, par le commandement suivant :

" A droite (ou à gauche) ===== alignement "

     À ce commandement, le rang tout entier, à l'exception des deux hommes placés d'avance pour servir de base d'alignement, se portera au pas ordinaire sur la nouvelle ligne, et s’y placera tranquillement, d'après les principes prescrits ci-dessus.

     L'instructeur, placé à cinq ou six pas en avant, et faisant face au rang, veillera à l'observation des principes, et se portera ensuite à l'aile qui a servi de base et d'alignement, pour le vérifier.

L'instructeur voyant le plus grand nombre des soldats alignés, fera le commandement suivant :

" Fixe "

     A ce commandement, les soldats replaceront la tête et les yeux dans la position directe, et reprendront l'immobilité.

     L'instructeur commandera ensuite aux hommes qui ne seraient pas alignés, telle file, (ou telles files) rentrez, ou sortez, en les désignant par leur numéro : la file ou les  files désignées seulement, porteront aussitôt l'oeil sur le rang du côté de l'alignement, pour juger de combien elles doivent avancer ou reculer, se placeront tranquillement sur la ligne, et replaceront ensuite la tête dans la position directe.

     L'instructeur aura soin de numéroter les files d'avance.

     Les alignements en arrière se prendront d’après les mêmes principes ; les soldats se porteront un peu en arrière de la ligne, et s'y replaceront ensuite par de petits mouvements en avant, conformément à ce qui a été prescrit ci-dessus, l'instructeur commandera :

" En arrière à droite (ou à gauche) ===== alignement "

 
Observations relatives au principe d'alignement.

L'instructeur s'attachera à faire observer les principes suivants :

Que le soldat arrive tranquillement sur la ligne ;
     P
arce que la précipitation est contraire au bon ordre et même à la promptitude dans l'exécution, qu'on n'obtient qu'en habituant le soldat à faire tous les mouvements avec calme, sang-froid et précision.

Qu'il ne penche pas le corps en arrière ni la tête en avant ;
     P
arce que ce n'est que par la régularité de la position qu'on apprend à s'aligner.

Qu'il ne tourne la tête que le moins possible, et seulement de manière à voir la ligne des yeux ;
     A
fin d'éviter que la tête n'entraîne l'épaule hors du rang, et que la fausse position d'un seul homme n'induise en erreur tous ceux qui sont au-delà.

Qu'il ne dépasse jamais l'alignement ;
     Parce que si un soldat dépassait l'alignement, il serait ensuite obligé de reculer pour se placer sur la véritable ligne ; sa faute se propagerait aux hommes qui sont au-delà, lesquelles seraient obligés de reculer à leur tour, ce qu'il faut éviter avec d'autant plus de soins, qu'outre la perte de temps qui en résulterait, il est plus difficile de s'aligner en arrière en avant.

Qu'au commandement « fixe », le soldat cesse tout mouvement , quand même il ne serait pas aligné ;
     A
fin de lui faire contracter l'habitude de juger son alignement promptement, et de s'y placer sans tâtonner.

Qu'au commandement « telle file » ou « telles files » « en avant » ou  « en arrière », celles qui n'auront pas été désignées ne bougent ;
     A
fin de ne pas déranger les files qui sont alignées.

Que dans les alignements en arrière, le soldat dépasse un peu la ligne en reculant ;
     A
fin de se placer sur la ligne par un petit mouvement en avant ; parce que de cette manière, il est plus facile de juger de l’alignement.

 

Quatrième Leçon


 Conversions

     Les conversions sont de deux espèces, les conversions de pied ferme, et les conversions en marchant.

     Les conversions de pied ferme ont lieu, pour faire passer une troupe de l'ordre en bataille à l'ordre en colonne, ou de l'ordre en colonne à l'ordre en bataille.

     Les conversions en marchant ont lieu dans les changements de direction en colonne, toutes les fois que ce mouvement s'exécute sur le côté opposé au guide.

     Dans les conversions de pied ferme, l'homme qui est au pivot de la conversion, ne fait que tourner sur la place, sans avancer ni reculer.

     Dans les conversions en marchant, l'homme qui est au pivot fait le pas de six pouces, afin de dégager le point de la conversion ; ce qui est nécessaire pour que les subdivisions d'une colonne puissent changer de direction sans perdre leur distance, ainsi qu'il sera expliqué dans l'école du peloton.

     Dans les deux cas ci-dessus, l'homme qui est à l'aile marchante, doit toujours faire le pas de deux pieds.

     Le mouvement de « tournez à droite (ou à gauche) », n'a lieu que dans les changements de direction en colonne sur le côté du guide ; et il faut bien se garder de confondre ce mouvement avec les conversions en marchant.

 

 Conversion de pied ferme

 

L'instructeur placera un homme bien dressé à l'aile qui devra marcher pour la conduire, et commandera :

" Par peloton à droite ===== marche "

     Au second commandement, les soldats partiront du pied gauche, et tourneront en même temps la tête un peu à gauche, les yeux fixés sur la ligne des yeux des hommes qui sont à leur gauche ; l'homme qui est au pivot ne fera que marquer le pas, en se conformant au mouvement de l'aile marchante ; l'homme qui conduit cette aile marchera le pas de deux pieds, avancera dès le premier pas un peu l'épaule gauche, jettera les yeux sur le terrain qu'il doit parcourir, et de temps en temps sur le rang, et sentira toujours le coude de l'homme qui est à côté de lui, mais légèrement et sans jamais le pousser.

     Les autres soldats doivent sentir légèrement le coude de leur voisin du côté du pivot, résister à la pression qui viendrait du côté opposé, et se conformer au mouvement de l'aile marchante, en faisant le pas d'autant plus petit qu'ils seront plus près du pivot.

     L'instructeur fera parcourir une ou deux fois le tour du cercle avant d'arrêter le rang, afin de faire mieux sentir les principes ; il veillera avec soin à ce que le centre ne crève pas.

     Il fera converser à gauche, d'après les mêmes principes ; lorsque l'instructeur voudra arrêter la conversion, il fera les commandements suivants :

" Peloton ===== halte "

     Au second commandement, le rang s'arrêtera, et aucun homme ne bougera plus jusqu'au commandement qui va suivre.

     L'instructeur se portant à l'aile opposée au pivot, placera les deux premiers hommes de cette aile dans la direction qu'il voudra donner au rang, laissant entre eux et le pivot, l'espace nécessaire pour que les autres puissent s'y placer ; il commandera ensuite :

" A gauche (ou à droite) ===== alignement "

     À ce commandement, le rang se placera sur l'alignement des deux hommes qui doivent servir de base, en se conformant aux principes prescrits.

L'instructeur commandera ensuite  « fixe », ce qui sera exécuté comme il a été prescrit.

 
Observations relatives au principe des conversions.

Tourner la tête un peu du côté de l'aile marchante, et fixer les yeux sur la ligne des yeux des hommes qui sont de ce côté ;
     Parce que sans cette attention, il serait impossible au soldat de régler la longueur de son pas, de manière à se conformer au mouvement de l'aile marchante.

Tenir légèrement au coude de son voisin du côté du pivot ;
     A
fin que les files ne s'ouvrent pas en conversant.

Résister à la pression qui vient du côté de l'aile marchante ;
     P
arce que si l'on négligeait ce principe, le pivot, qui doit être un point fixe dans les conversions de pied ferme, pourrait être rejeté hors de sa place par la pression.

 

 Conversions en marchant

 

     Lorsque les hommes de recrue exécuteront bien les conversions de pied ferme, on les exercera à converser en marchant.

     À cet effet, le rang étant en marche, l'instructeur voulant lui faire changer de direction sur le côté opposé au guide, fera les commandements suivants :

" A droite (ou à gauche) conversion ===== marche "

     Le premier commandement sera fait deux pas avant d'arriver au point de la conversion.

     Au second commandement, la conversion s'exécutera de la même manière que de pied ferme, excepté que le tact des coudes restera du côté du guide, au lieu de se prendre du côté du pivot ; que l'homme qui est au pivot, au lieu de tourner sur la place, se conformera au mouvement de l'aile marchante, en sentant légèrement le coude de son voisin, en faisant le pas de six pouces, et gagnera ainsi le terrain en avant en décrivant un petit cercle, de manière à dégager le point de la conversion, et que le milieu du rang cintre un peu en arrière.

La conversion étant achevée, l'instructeur commandera :

" En avant ===== marche "

     Le premier commandement sera prononcé deux pas avant que la conversion ne soit achevée.

     Au second, qui sera fait à l'instant où la conversion sera achevée, l'homme qui conduit l'aile marchante se dirigera droit en avant ; l'homme du pivot, ainsi que tout le reste du rang, reprendront le pas de deux pieds, et replaceront la tête directe.

 

 Changer de direction sur le côté du guide

 

Les changements de direction sur le côté du guide s'exécuteront ainsi qu'il suit ; l'instructeur commandera :

" Tournez à gauche (ou à droite) ===== marche "

     Le premier commandement sera fait deux pas d'avance, comme ci-dessus.

     Au second, qui sera prononcé à l'instant où le rang devra tourner, le guide fera «à gauche » ou « à droite » en marchant, il se prolongera dans la nouvelle direction, sans ralentir ni accélérer la cadence, sans allonger ni raccourcir la mesure du pas ; tout le reste du rang se conformera promptement, mais sans courir, à la nouvelle direction du guide, et pour cet effet, chaque homme avancera l’épaule opposées au guide, prendra le pas accéléré, pour se porter dans la nouvelle direction, tournera la tête et les yeux du côté du guide, joindra le coude de son voisin du même côté, en se plaçant sur l'alignement du guide dont il prendra le pas, et replacera ensuite la tête et les yeux dans la position directe : chaque homme arrivera ainsi successivement sur l'alignement du guide.

 
[ Portail ] [ Notre Groupe ] [ Nos activités ] [ Contactez-nous ] [ Engagez-vous ] [ Histoire de la Garde ] [ Le coin détente ] [ L'Empire sur le Net ] [ Livre d'Or ] [ Plan du site ]